Les tendances marketing incontournables pour 2017

La transformation digitale était au cœur des discussions l’année passée. Elle a induit des changements radicaux pour les entreprises mais implique également d’adapter notre manière d’adresser le marché.

Quelles sont les tendances identifiées pour y parvenir en 2017 ?

  • Fusion des canaux

Google l’a annoncé, les recherches sur mobiles ont officiellement dépassé les recherches sur ordinateur.
La tendance va vers une expérience client réunie et unifiée au sein de la principale interface utilisée dans notre quotidien : nos smartphones.
Le mobile fournit un maximum d’informations majeures sur nos habitudes de consommation, la zone géographique dans laquelle on évolue … et permet aux marketeurs de mieux comprendre notre parcours de conversion.
Non seulement le responsive design est devenu inévitable mais l’enjeu, désormais, sera d’optimiser nos campagnes multi-devices et de combiner les canaux utilisés.

Les géants des réseaux sociaux se sont, eux aussi, mis au gout du jour en adaptant la lecture des vidéos au format vertical pour une expérience utilisateur enrichie.

video

  • Vidéo marketing

Forbes annonçait 2015 comme étant l’année de la vidéo Marketing, c’est 2017 qui va réellement changer la donne avec une contribution majoritaire – 74 % ! – au trafic de votre site web selon Syndicast

En quelques chiffres :
– Taux d’ouverture augmenté de 19 % avec l’utilisation du terme “vidéo”
– 65 % des lecteurs de vos emailings vers votre site web
– 26 % de désabonnement en moins !
– 58 % des consommateurs avaient plus confiance dans les entreprises qui produisent du contenu vidéo.
La vidéo plait, par son potentiel viral, parce qu’elle divertit et parce qu’elle ne demande presque pas d’effort cérébral.

Le live prend alors une place à part entière dans nos stratégies marketing :
Regardons l’exemple de Voyages-sncf.com qui lance un défilé original pour lancer ses offres et promouvoir ses destinations avec Facebook live.

voyage-sncf

Le live, qui retient ses visiteurs 3 fois plus longtemps qu’un replay, vient renforcer l’engagement et accroît les besoins des consommateurs.
On évolue désormais dans un marché où l’information est immédiate et réactive.

  • Les chatbots (ou application de messagerie instantanée en BtoB)

90 % du temps sur le mobile est passé sur les emails et sur les plateformes de messagerie. J’aimerais ramener mes équipes de développement vers des lieux où les consommateurs sont les plus présents !” Niko Bonatsos, Managing director de General Catalyst.

Direct Energie y est passé pour assurer le suivi de ses contrats, résultat :
+ de 10 000 conversations en 1 année, assurée par seulement 2 opérateurs.
Pour l’entreprise, gain de temps et réactivité sont au rendez-vous, puisque le lien avec le consommateur peut être assuré 24/24 , 7/7 .
Avec ces nouvelles technologies, Facebook, qui se positionnent sur la relation client, fait un pas de plus dans les stratégies de Marketing Automation.

chatbots-mastercard

  • Marketing automation

Il représente déjà plus de 50 % de la pub display mais n’en est qu’au début du cycle du Gartner. Seuls 40 % des marketeurs US l’ont adopté dans leur stratégie : “Le marketing automation met la barre plus haute pour les marketeurs” car il demande une analyse hyper poussée de la data.
L’impact est majeur pour l’organisation des entreprises. On recherche désormais de nouveaux profils, capables de traiter les données de consommation avec une vision marché.

L’enjeu va alors vers l’ultra ciblage de nos campagnes.
Le principe est de s’adresser à ses clients en quasi 1 to 1 : collecter un maximum de données sur le comportement des consommateurs, qui seront ensuite analysées pour mieux adapter nos communications.

On s’adresse désormais à une génération éduquée, à la recherche d’une publicité qualitative, à valeur ajoutée : le native advertising.

  • Native advert

En effet, le cabinet Enders Analysis a publié une étude démontrant que le Native Advertising le 1er format de la e-publicité en 2020, avec 13,2 milliards d’euros de dépenses attendues dont + 8 milliards consacrés au mobile.

Nous en avions parlé ici, le native advertising permet de mieux adresser sa cible et renforcer l’engagement du consommateur.
Emmanuel Vivier, co-fondateur du Hub Institute nous explique que la mesure de l’engagement ne se fera plus sur le nombre de likes : “Au-delà du reach, des likes, des vues et des clics, il est temps de mesurer l’impact de l’expérience sociale proposée sur le comportement d’achat de vos clients”.

On mise aussi sur la gamification, avec un marché pouvant atteindre potentiellement 5,5 milliards en 2018, l’emailing qui reste un canal prioritaire pour 48 % des marketeurs, mais surtout, sur le content marketing, qui va contribuer à 88 % des campagnes d’ici les 3 prochaines années. Ces tendances, induites par la transformation digitale, sont en fait les moyens utilisés pour transformer et enrichir l’expérience client, le sujet au centre des préoccupations pour le marketing digital en 2017.

Mettons-nous à la page 😉

Pour aller + loin :

Article “Les recherches sur mobile plus nombreuses que sur ordinateur”
Infographie “Small business video”
Article “KPI content marketing”
Article “Les grandes tendances marketing digital 2017”
Article “Les 6 tendances marketing 2017”
Article “Voyages-sncf – Défilé sur Facebook Live”
Infographie “Top 5 Facebook Video Statistics 2016”
Article “Retour d’expérience Direct Energie”

Le content marketing, la bonne résolution pour 2017 ?

La fin d’année est propice pour faire le point sur vos priorités pour 2017. Où en êtes-vous de votre stratégie de contenu ?

Le marketing de contenu fait partie intégrante des leviers permettant d’augmenter l’audience d’un site, de renforcer votre notoriété et d’optimiser vos ventes. La création de contenu joue de fait un rôle majeur dans vos opérations de communication.

La stratégie de contenu, ou content marketing, a été le sujet le plus tendance en 2016.
Près de 40% des conversations tournent autour du marketing de contenu, selon le baromètre des tendances marketing digital sur les réseaux sociaux.*

barometre-tendances-marketing-digital *Source : http://resource.digimind.com/hubfs/DIGIMIND-FR-Barometre-tendances-marketing-digital-reseaux-sociaux.pdf

laurent-ollivier

Au travers de 3 questions, Laurent Ollivier, Directeur Général de l’agence Aressy (Agence Marketing & Communication BtoB) nous dit tout sur le sujet.

Tous les conseils pour mener à bien une stratégie de contenu des plus efficaces !

Selon vous Laurent, qu’est-ce qu’une « stratégie de contenu » ?

Une stratégie de contenu s’élabore en deux temps.
Pour commencer, il est nécessaire de mettre en place à la fois une ligne éditoriale précise et une organisation.
Ensuite, les objectifs doivent être déterminés :
– Acquisition ?
– SEO ?
– Nurturing ?

Pour que la stratégie de contenu soit efficace, il faut trouver le bon équilibre. D’abord chercher à être intéressant en utilisant une approche journalistique, basée sur l’intérêt du lecteur et dans un second temps seulement, ajouter la « carte » SEO.
J’aime dire qu’il faut commencer par être intéressant (pour le lecteur) et ensuite intéressé.

En quoi est-ce un sujet essentiel pour les marques aujourd’hui ?

Prenons une métaphore et disons que le contenu c’est l’essence, le moteur les campagnes B to B. Le moteur doit tourner en permanence.
On peut parler de campagnes fil rouge afin d’apporter une réponse globale tout au long de l’année.

Il est absolument indispensable d’avoir une organisation du contenu pour répondre à toutes les étapes du tunnel de conversion.

On distingue 4 étapes :
– Attirer
– Convaincre
– Légitimer la marque
– Convertir

La production se doit d’être régulière, le contenu sous toutes les formes :
– Article de blog,
– Infographie,
– Vidéo,
– Questionnaire d’auto-évaluation,
– Contenu social,
– …

Selon vous, quelles seraient les 5 clés de performance d’une stratégie de contenu efficace ?

1. La pertinence thématique
Trouver le juste équilibre entre intéressant et intéressé.

2. L’organisation
Avoir un flux de contenu régulier au juste coût.

3. La multi-diffusion
Produire du contenu en HTML pour le blog, en PDF pour le téléchargement via email, en images pour les signatures mails, en smart content sur LinkedIn…

4. Le partageable
Prendre en compte la dimension « communauté » et l’écosystème.

5. L’ouverture
Ne pas parler que de l’entreprise mais intégrer les clients, les partenaires, les fournisseurs, les salariés, les influenceurs, les journalistes.

Vous connaissez maintenant tous les secrets pour une bonne stratégie de contenu. Alors reste à faire de votre content marketing une de vos bonnes résolutions pour l’année 2017 !

Fusion-Acquisition : et après ?

Le développement par fusions-acquisitions, ou « fusac », ou Mergers and Acquisitions, est un des modes de croissance les plus fréquents pour accroître son activité et augmenter les profits.

Signe fort pour le marché, une fusion-acquisition peut offrir de formidables opportunités de croissance. Pourtant, force est de constater que près de 70 % de ces opérations se solderaient par un échec *. L’une des erreurs fondamentale et récurrente est de considérer le closing comme l’étape stratégique finale d’une fusion-acquisition.

Soucieuses d’obtenir, le plus rapidement possible, les synergies financières et organisationnelles escomptées, les entreprises qui se lancent dans la démarche négligent bien trop souvent la transition identitaire de leurs salariés, pourtant indispensables à la réussite du projet. Comme le conclue parfaitement l’article analysant la récente fusion Air Liquide-Airgas « dans toute opération de fusion, l’important, c’est l’après. » [LIRE ICI]

chiffres-cles-fusions-acquisitionsLes fusions-aquisitions en 2015 **

De lourds impacts

A l’occasion d’une fusion-acquisition, on constate d’importants bouleversements. Tout le monde est alors embarqué dans une  transformation numérique [RELIRE LE BILLET DE BLOG].

Les problématiques rencontrées sont nombreuses :

  • Homogénéisation des SI,
  • Uniformisation des messageries,
  • Changement d’identité,
  • Réorganisation des ressources en interne,
  • Etc.

Les enjeux de communication et RH

La communication devient un enjeu central afin d’éviter les rumeurs, les imprécisions, systématiquement sources d’inquiétude et de blocage notamment pour les salariés.

L’entreprise peut traverser une zone de risque où la communication interne et externe joue un rôle prépondérant. Si la fusion-acquisition est préparée dans les règles de l’art, le management sera à-même de communiquer rapidement après le closing en s’adressant en priorité aux collaborateurs.

L’équipe dirigeante doit être capable de valoriser rapidement l’intérêt du rapprochement auprès de son écosystème. Il est capital que les collaborateurs notamment, puissent se projeter au plus vite dans un avenir commun, sur la base d’un projet fédérateur.

La continuité d’exploitation est également clé pendant ce laps de temps et chaque client doit être informé dans les meilleurs délais. Dans un second temps, la communication devra également s’orienter vers les fournisseurs et autres parties prenantes de l’entreprise.

Les enjeux SI

A l’occasion de fusions-acquisitions, la complexité du système d’information devient progressivement plus difficile et plus coûteuse à gérer.

Il est alors nécessaire, pour simplifier le SI, d’adopter des solutions homogènes impliquant de rechercher les composants applicatifs internes susceptibles de devenir des outils communs à l’ensemble de l’entreprise. Mais le choix à effectuer entre plusieurs composants similaires peut s’avérer difficile, dès lors que les parties prenantes restent très attachées aux outils dont elles ont l’habitude.

Mettre en œuvre une approche dite de “revues croisées”, dont l’objectif est de permettre aux managers, aux utilisateurs et aux informaticiens concernés de défendre leurs propres outils, de prendre connaissance des outils alternatifs et d’entamer une réflexion commune est essentiel.

puzzle
Un essentiel : la signature mail

Dans ce contexte, la signature mail permet de remplir plusieurs objectifs et devient une brique essentielle pour les services Communication, Marketing, RH et Technique pour :

  • Centraliser la gestion des signatures mails et garantir leur standardisation et le respect de la charte graphique,
  • Communiquer en interne sur les changements,
  • Annoncer à tout son écosystème (clients, prospects, partenaires, fournisseurs…) le changement d’identité.

Lorsque tous les acteurs sont conviés à la table du progrès, la réussite est au rendez-vous !

Sources :
* La Vie Eco | Fusions-Acquisitions Le taux d’échec
** Fusions-Acquisitions | Statistiques

Votre signature mail s’exporte à l’international !

L’internationalisation devient un sujet majeur voir impératif dans beaucoup d’entreprises.
D’après une étude réalisée par Siparex, pour 77 %* des PME françaises, l’international apparaît comme le 1er axe de développement, avant la croissance externe ou l’innovation, pour dynamiser son activité. Dans les grands groupes, cela représente 55 % des effectifs et du chiffre d’affaires généré.
Exporter son activité, c’est avant tout s’adapter au pays d’accueil :
Non ! L’anglais ne suffit pas pour communiquer à l’international.
Non ! Il ne suffit pas de traduire notre discours commercial dans une autre langue pour toucher toutes nos cibles. Il n’y a pas d’expérience client uniforme à travers le monde, il y a plutôt la somme de pratiques locales qui s’ajoutent et qu’il faut prendre en compte. Voyons ensemble les différents aspects à prendre en compte pour diffuser une campagne de signature mail à l’international :

  • 1| Les réseaux sociaux sont nationaux

81 % des utilisateurs des réseaux sociaux vivent en dehors de l’Amérique du nord et de l’Europe de l’ouest. Même si Facebook reste le réseau social N°1 dans 129 pays (sur 137 analysés par Vincos.), les réseaux sociaux préférés des utilisateurs varient beaucoup de pays en pays.

social-media
  • 2| Les usages locaux influent sur la perception de la communication

Apparus en 1998 au Japon, les émojis permettent de réduire la barrière de la langue pour exprimer une émotion. D’après Salesforce, 2 % des emails B2C contiennent un emoji dans l’objet. Mais attention, un picto de poing levé ne sera pas interprété de la même manière partout dans le monde… 😉

  • 3| Les mots n’ont pas le même pouvoir partout

En Allemagne, « Docteur » est un titre qui a la même voire plus d’importance que la civilité.
A Hong Kong, les habitants, habitués à un flux d’information saturé, apprécieront une signature/carte de visite avec beaucoup d’informations.
Un simple saut de ligne est une erreur grammaticale importante en Chine.
Rappelez-vous que dans plusieurs pays la lecture se fait de droite à gauche …
L’enjeu, ici, est d’adapter et organiser vos informations pour valoriser votre présentation.

  • 4| Attention à la législation

Les réductions tarifaires s’appliquent, par exemple, très facilement aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, mais restent particulièrement réglementées en Allemagne ou en Italie. Les bons de réduction imprimables ou virtuels restent les moyens de promotion les plus utilisés auprès des internautes.
Les sondages sont aussi très règlementés sur internet.
En France, une violation des obligations légales est passible d’une amende de 75 000 euros…
Reste alors à ne pas faire d’impair au niveau législation lors d’une déclinaison de campagne de signatures à l’international !

La proximité culturelle peut être un véritable facteur de succès pour construire une communauté et entretenir des interactions riches, si elle est bien maîtrisée.
Chaque culture a effectivement ses codes, ses références, ses lois et ses nuances d’humours.
Mais surtout, ses propres règles en termes d’audience et de vente.

Letsignit vous propose une plateforme adaptée à une organisation multinationale, l’aventure peut commencer !

* Source : Article – La Tribune

Le call to action parfait selon l’ergonome

Ce n’est pas la première fois qu’on en parle, vos campagnes de signatures sont un véritable levier pour générer du trafic vers votre site web.
D’ailleurs, on sait que 87 % des clics se produiront à la 1ère lecture du mail, il n’y a aucun détail à lésiner !

Comment s’assurer de capter à coup sûr vos correspondants ?

Votre lecteur ne sait pas forcément qu’il peut cliquer sur votre signature si vous ne lui dites pas : Guidez-le !

Comment ? Make it simple !

Permettez lui d’identifier rapidement l’info qu’on lui fournit :

Par la forme :
Là on s’inspire du monde de la mode : utilisez au maximum 3 couleurs, dans l’idéal, deux nuances d’une même couleur et une “accent” color, qui fera la différence.

Par le contenu :
Mettre plusieurs “call to action” sans prioriser leur importance graphique fait hésiter l’utilisateur et, l’oblige à faire un choix. Et là ce sont les taux de conversions qui chutent.

Demandez-vous sérieusement si chacune des informations contenues dans votre bannière sera utile à vos correspondants. Si l’information n’apporte rien, enlevez-la.

Ceci vous permettra également d’aérer le visuel : pour une bonne lisibilité, il faut respecter des line height en fonction de la taille de la police, en général 150 %.
Vous avez dit line height ? En français, la hauteur minimale d’une ligne :

line-height.png

Votre bannière peut contenir du texte, c’est avant tout une image. Tenez compte des proportions, comme si vous preniez une photo. Un beau visuel obéit à la règle du nombre d’or, autrement dit, « le nombre du beau ».

En photo, on l’utilise pour obtenir une harmonie parfaite des proportions. Pour une bannière c’est pareil :

placement-CTA.png
La campagne webinar relayée vers les partenaires Letsignit a généré
un taux de clic atteignant plus de 7 %.

Un visuel aéré sera une bannière d’autant plus efficace que 40 % de vos mails sont lus sur mobile.Essayez donc de cliquer sur ce symbole avec votre pouce >> …

On vous aura prévenu !

Dans trois mois, on lance déjà la campagne des vœux, pensez-y !

Tout pour réussir ses projets de transformation numérique !

Impliquez vos collaborateurs dans vos projets de transformation numérique grâce à la signature mail !

La transformation numérique s’accompagne de changements parfois radicaux pour les entreprises. De nombreux spécialistes ont déjà traité le sujet et identifié les règles d’or de cette transformation.

img1

A travers ce nouveau billet de blog, nous souhaitons apporter une nouvelle approche de la communication interne et montrer comment la signature contribue à fédérer les collaborateurs et les impliquer dans les projets de transformation de l’entreprise.
Continue reading “Tout pour réussir ses projets de transformation numérique !”

Votre signature mail ? Un emplacement publicitaire rentable !

Nous l’avions évoqué dans un précédent article, les campagnes display s’inscrivent désormais dans un média de masse avec une croissance de trois milliards d’euros en 2015. C’est 20 % des investissements média, en seconde position après la télévision.

Avec 30 mails relayés par jour, par collaborateur, à l’environnement direct de l’entreprise, les campagnes de signature mail sont un média très dynamique qui prend place dans un marché porteur.

Continue reading “Votre signature mail ? Un emplacement publicitaire rentable !”

Quel support de diffusion pour renforcer sa communication interne ?

La communication interne permet de créer une culture d’entreprise forte et de fédérer les salariés autour des valeurs de l’entreprise. Elle accompagne la stratégie globale de votre entreprise et est un réel moteur de motivation et d’encouragement pour vos collaborateurs.

Nous le savons, plus le nombre de salariés est important, les niveaux hiérarchiques variés et la proximité géographique étendue, plus la stratégie de communication interne est complexe.

La communication interne remplit plusieurs fonctions. Chaque service peut être concerné : exposer les résultats de l’entreprise, annoncer une fusion/acquisition, expliquer une nouvelle orientation, présenter un partenariat… On distingue 6 composantes : l’information, l’identification, la convivialité, la participation, la fédération et l’implication.

schema-com-interne
Continue reading “Quel support de diffusion pour renforcer sa communication interne ?”

Twitter fête ses 10 ans !

Le 21 Mars 2016, Twitter a fêté son 10ème anniversaire. L’occasion d’un retour d’expérience sur la plateforme communautaire et montrer en quoi vos signatures renforcent l’impact de vos Tweets.

Le réseau social compte pas moins de 130 000 publicitaires, c’est 3 fois moins que sur Facebook ou Google. La cause ? Twitter plait majoritairement aux grands comptes. Ce ciblage, pas forcément volontaire, lui a pourtant permis d’afficher un chiffre d’affaires de 21 000 dollars par annonceur en 2014, selon une étude relayée par l’institut de recherche BI Intelligence. Continue reading “Twitter fête ses 10 ans !”